Si les gourmettes et les médailles de naissance apparaissent comme les plus évidents bijoux pour enfants, les marques du précieux et de la joaillerie étendent leurs propositions et diversifient leurs gammes depuis plusieurs saisons, quand de nouveaux acteurs viennent se positionner sur ce marché. 

Points communs de cette offre renouvelée qui répond à une véritable attente comme en témoigne la multiplication des collections :
- des propositions plus « mode » qui réinterprètent avec modernité l’univers de l’enfance, sans pour autant perdre en douceur et en poésie.
- Une approche où se côtoient le ludique et le symbolique tant il est vrai que l’acquisition d’un premier bijou n’est jamais anodine… Même lorsque l’on est tout petit.

 Pour l’enfant qui le reçoit, comme pour la personne qui offre le bijou, celui-ci a en effet le plus souvent valeur de porte-bonheur, de talisman.


« Les bijoux ont un rôle dans le « marquage » des âges mais, dans la mesure où ils sont conservés, ils sont aussi un témoignage de l'histoire de leur propriétaire et de son identité personnelle » *
*Albert-Llorca M., 1997, « L’instant et l’éternité. Les bijoux dans la vie des femmes », Terrain, n° 29, pp. 69-82.

Bijoux, choux, cailloux…
Naissance, baptême, communion… Les bijoux offerts lors de ces occasions particulières sont très certainement ceux qui ont la plus forte portée symbolique. Ainsi, autrefois, il revenait à la marraine d’offrir la médaille et au parrain la chaîne qui l’accompagnait. 

Aujourd’hui, on grave toujours les médailles au nom et à la date de naissance de l’enfant. Mais les symboles religieux cèdent de plus en plus la place à une personnalisation des gravures. Empreinte de main, de pied, doux message ou encore dessin d’enfant... Les parents comme la famille ont désormais la possibilité de transmettre un message d’amour unique.

Autre « classique » du bijou de naissance, la gourmette a gagné également en modernité. Elle s’habille de charms, ses maillons se font plus graphiques. La plaque à graver au nom du nouveau-né va jusqu’à prendre des formes fantaisie comme celle d’un biberon…
Les collections actuelles reflètent au final l’air du temps en démocratisant ces bijoux, hier à connotation religieuse, et qui aujourd’hui tendent à acquérir une dimension beaucoup plus laïque. D’autant que le baptême civil connaît un véritable regain ces dernières années.

Sacrée famille
Parce que le bijou d’enfant s’inscrit le plus souvent dans une tradition familiale - il s’offre puis se transmet d’une génération à l’autre -, il porte en lui le symbole de l’unité de la famille. Porte-bonheur, il devient un moyen de faire passer un message d’amour, de fraternité en unissant tous ceux qu’on aime sur quelques grammes d’or.

Les propositions actuelles continuent d’illustrer cette tradition. C’est une médaille qui prend la forme d’une maison où apparaît toute la famille, des petits enfants « Tous pareils », une gourmette sur laquelle dansent des silhouettes de bonhommes, deux enfants qui s’embrassent et rappellent les Amoureux de Peynet, la figure indémodable du Petit Prince… Ici encore, les pièces reflètent l’évolution de notre société, à l’image de ces petites poupées aux yeux bridés qui se balancent au bout d’une chaîne.

Il était une fois…
C’est bien connu, les enfants aiment qu’on leur raconte de belles histoires. Si les petites filles sont friandes de contes de fées, les petits garçons aiment les récits d’aventures… Même si rien n’empêche le contraire !
Les collections de bijoux s’attachent à traduire ces belles odyssées. Les diadèmes de princesses se transforment en peignes et barrettes joliment décorés. Autour du cou, ce sont des médailles en or ciselé, des mini-diamants qui viennent apporter une touche de magie aux pendentifs. Ce sont aussi des perles délicates qui se posent sur des bagues – réglables – ou des boucles d’oreilles… Pour les petits garçons, les silhouettes d’ours en peluche et de bonhommes sont des alternatives moins sexuées. Tout comme lorsqu’un bracelet se décore d’une locomotive, d’un micro ballon de football ou d’une balle de golf… L’objectif reste dans tous les cas le même : que le bijou éveille l’imaginaire.

1,2,3… J’irai dans les bois
Autre thématique qui inspire les marques : les fleurs, les fruits, les papillons qui se dessinent de façon naïve sur des émaux ou des laques aux couleurs vives et gaies comme les rouge fuchsia, les rose girly.

En accrochant ces décorations intemporelles sur des liens textiles qui disposent d’une palette de couleurs lumineuses en plus du rose et du bleu traditionnels, les marques les
inscrivent dans les tendances de la mode. Adaptables à la taille des poignets, ces bracelets en plus de grandir avec ceux qui les portent pourront par ailleurs se porter en accumulation… Anniversaires, fêtes de Noël, bonnes notes à l’école… Quand on est jeune, les occasions de se faire offrir un nouveau bijou ne manquent pas !

Les petites filles modèles
Des bijoux comme maman justement… Dans la lignée de la tendance « telle mère, telle fille » portée par les marques de prêt-à-porter féminin, les bijoux se déclinent telles des copies conformes en format adulte et enfant.

Et parce que les petites filles seront les femmes de demain, elles débutent de cette façon leur initiation aux bijoux… Cela vaut également pour les petits garçons de plus en plus adeptes des bracelets aux liens de cuir et qui désormais dès l’adolescence se convertissent aux bagues et parfois à la boucle d’oreille.

Boîtes à bijoux
Si la gourmette, la chaîne et sa médaille sont les pièces les plus présentes dans les collections réservées aux enfants, les bagues – réglables - et les boucles d’oreilles viennent compléter les parures proposées par les marques. Du côté des matières, on trouve l’or et l’argent principalement.

Les volumes sont quant à eux toujours discrets et épurés. À chaque fois, la délicatesse est de mise avec une prépondérance de formes rondes et douces. Un parti pris esthétique mais aussi pratique : ces bijoux devront en effet être faciles à vivre et à porter, ne pas s’accrocher ou blesser.

C’est généralement à la période de l’adolescence que les bijoux évolueront vers des formats plus importants et s’ouvriront à des propositions plus fantaisie. En effet, à cette période, une véritable rupture s’opère. L’introduction de l’argent de poche permet de s’offrir soi-même un bijou. Mais pas forcément au même prix que celui offert par les « grands » !